À lire d'urgence

L’Espagne au rythme de la Semaine sainte

Peu connue en France, la Semaine sainte reste la période de fêtes la plus importante en Espagne. Célébrée cette année entre le 29 mars et le 6 avril, elle commémore, dans la religion catholique, la Passion du Christ. C’est également la seule semaine de vacances scolaires pour les étudiants espagnols durant le second semestre. Et donc, fort est de constater que les célébrations et préoccupations ne sont pas les mêmes entre les différentes provinces hispaniques.

 

D’un point de vue français, l’Espagne est vue comme un pays pieux, où la religion catholique est restée fortement liée à la vie civile et laïque. Cela se voit par le fait que les vacances scolaires et universitaires vont toujours de pair avec des commémorations religieuses, plus ou moins comme en France. Mais cet aspect se trouve exacerbé lors de la Semaine sainte (ou Semana Santa en VO), apogée de l’année catholique et extrêmement peu fêtée en France, exceptée pour la chasse aux œufs de Pâques. En Espagne, cette semaine de vacances débute le dimanche des Rameaux, et se poursuit durant toute la semaine, atteignant son acmé en deux moments : lors du vendredi saint qui marque la crucifixion du Christ ; et le dimanche de Pâques représentant sa résurrection. Toute la semaine est accompagnée de diverses messes et célébrations, les moments les plus forts étant certainement les processions liturgiques. Variées en fonction des provinces, elles rassemblent un grand nombre de fidèles portant des costumes traditionnels, des icônes de Jésus et Marie ou encore de véritables chars décorés, et durent en règle générale au moins une heure.

 

En Castilla-y-León, et plus particulièrement à Salamanca, ces fêtes religieuses ont lieu tous les jours, chacune pour représenter une étape de la Passion du Christ, dans une ambiance austère où seuls quelques sons de tambours, de trompettes et de cloches rompent le silence de la marche. Pour un non-initié la surprise peut être de taille en voyant des hordes de membres du Ku Klux Klan déambuler dans les rues, salués par la foule enthousiaste. Le malentendu est dissipé, puisqu’il s’agissait en vérité de membres de la Confrérie des Pénitents (passe-temps remontant à l’Antiquité, et donc antérieur à celui du KKK) mais portant le même uniforme (la capirote), le reste de la procession n’en reste pas moins surprenant par son ampleur. Effectivement, s’étendant sur plusieurs centaines de mètres, elle rassemble une grande partie de la population citadine, l’autre venant pour assister au spectacle.

68_semana_santa_siete_palabras

Procession dans les rues de Leon, en Castilla-y-Leon.

En Andalucía, l’ampleur de l’événement est décuplée, le sud de la péninsule étant plus croyant et pratiquant que le nord. A Granada, il est tout simplement impossible de se promener dans les rues lors des processions, le nombre de touristes augmentant sensiblement la densité de la foule, et d’après certains autochtones, il n’est pas rare de voir des fidèles pleurer réellement durant les moments les plus importants de la semaine. Dans les villes plus petites de la côte, l’ambiance n’est pas si différente, les fêtes majeures étant célébrées même dans les villages. Et si elles rassemblent principalement des acteurs du troisième âge, ces derniers sont également accompagnés de quelques enfants et adultes portant les différentes effigies et icônes tutélaires des processions.

 

Dans le nord en revanche, l’ambiance est tout autre. Dans les Asturias, province majoritairement ouvrière, les préoccupations durant cette semaine n’avaient pas grand-chose à voir avec des commémorations religieuses. La ville de Gijón, qui est pourtant la cité la plus importante de la principauté, proposait seulement deux processions pour les moments forts de la semaine, et les seules marches importantes furent pour manifester contre le projet de loi de réforme de l’enseignement ou contre les expulsions de sans-papiers. Ainsi, comme pour tout en Espagne, il n’est pas possible d’uniformiser tout le territoire, chaque province ayant des traditions totalement différentes. L’événement n’a pas non plus la même importance en fonction de la classe d’âge : les jeunes préférent l’ambiance festive nocturne aux célébrations diurnes, puisqu’il ne faut pas oublier que La Semaine sainte représente la seule période de vacances pour les étudiants.

Manifestation étudiante à Oviedo

Manifestation étudiante à Oviedo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*