À lire d'urgence

La religion, l’opium des fêtes au Costa Rica

L'une des nombreuses églises d'Heredia, ville du centre du pays

Alors que le problème des migrants cubains est resté le grand casse-tête de la politique costaricienne durant l’ensemble du mois de décembre – avant une amélioration au début de l’année -, le petit pays d’Amérique centrale a célébré comme il se doit les fêtes de fin d’année. Celles-ci n’ont pas de grandes différences avec les festivités occidentales, même si le côté religieux est grandement exacerbé.

Les décorations typiques de Noël, dans les locaux de l'Université Nationale

Les décorations typiques de Noël, dans les locaux de l’Université nationale.

Des cadeaux sous un sapin décoré, un Père Noël en gros manteau rouge avec un bonnet sur la tête, des rues illuminées … À première vue, le Costa Rica fête Navidad (Noël dans la langue de Cervantes) comme en France, malgré les grandes différences culturelles et climatiques entre les deux pays. Effectivement, on peut légitimement se poser la question de pourquoi Santa Claus est vêtu de sa traditionnelle parka cramoisi tandis que les températures avoisines les 30ºC, ou que les enfants reçoivent leurs cadeaux sous un sapin alors que l’on rencontre plus de palmiers que de conifères dans le pays ? La réponse se trouve bien entendu dans la forte influence culturelle qu’entretiennent conjointement l’Espagne et les États-Unis sur l’Amérique centrale. D’où la ressemblance avec les célébrations occidentales durant cette période de fêtes, qui correspond, qui plus est, aux vacances scolaires estivales au Costa Rica. Un seul aspect reste différent par rapport à nos saturnales françaises, et il s’agit de la place importante de la religion catholique dans ces festivités.

Le Sapin sur la Place Centrale d'Heredia

Le Sapin sur la Place Centrale d’Heredia

Certaines crèches peuvent remplir des pièces entières

Comme partout en Amérique latine, la religion catholique romaine est la plus répandue dans le pays, avec environ 69% d’adeptes dont les deux tiers se disent pratiquants. Même si ce chiffre est plus bas que certains de ses voisins, l’empreinte catholique se fait ressentir durant les célébrations de la naissance de Jésus-Christ. Ainsi, les figures de Marie et Joseph portant l’Enfant sont les plus courantes dans les maisons ou en devanture des magasins. “Les Crèches de Noël sont quelque chose de très importants ici, explique Geatty, femme au foyer de 53 ans, certaines personnes en construisent des gigantesques qui peuvent remplir une pièce”. Elle nous raconte ainsi, par exemple, qu’une de ses amis dort pendant un mois dans son salon car sa chambre est totalement occupée par une reproduction de la Nativité. “Elles doivent être construites avant le 24 décembre et peuvent ensuite être enlevées n’importe quand jusqu’au 12 février, continue Geatty. Mais avant de la retirer, il faut en faire la “présentation”. Certaines personnes invitent toute leur famille, amis et voisins et peuvent rassembler une centaine d’invités”. Un petit peu plus important que nos crèches sous le sapin, donc.

Le Costa Rica n’est pas un pays laïc

Cependant, même en dehors de cette période de fêtes, le catholicisme garde une place primordiale dans la vie quotidienne des Costariciens. Il est par exemple important de noter que le Costa Rica n’est pas un pays laïc. Le catholicisme est la religion d’État, inscrite dans sa Constitution. Il est par exemple possible de tomber sur une émission de télévision appelée “Un Encuentro con Cristo” (Une Rencontre avec le Christ) en zappant sur Canal 7, la chaîne publique la plus populaire au Costa Rica.

L'église et le terrain de football, au centre de la ville de San Joaquin

L’église et le terrain de football, au centre de la ville de San Joaquin de las Flores.

Les autres religions existent et sont tolérées mais restent toutefois très minoritaires. “Tous les parcs et beaucoup de terrains de football ont une église construite à côté, précise Marcela, coordinatrice au sein d’une association à Heredia. Franchement je ne sais pas où se trouvent les lieux de culte des autres religions. Je ne sais même pas s’il y en a dans la ville”. Le protestantisme est la seconde religion majoritaire, mais a eu beaucoup de mal à s’y implanter, faisant du Costa Rica le pays le moins huguenot de la région. En revanche les communautés islamiques, judaïques et même bouddhistes sont parmi les plus importantes du continent, même si elles ne dépassent pas les 5% une fois réunies. Il existe également une part (minime) de religions indigènes qui s’inspirent de divers courants religieux, principalement catholiques, en y incorporant une part de chamanisme et de traditions venant de leurs ancêtres amérindiens ou africains.

Une religiosité en baisse ces dernières années

L’absence de laïcité n’est partagée sur le continent que par l’Argentine et El Salvador qui, également, ont adopté le catholicisme comme religion d’État. Mais ce très fort lien avec le dogme catholique est en train de baisser. Effectivement de nouvelles statistiques, fournies par l’Institut d’études sociales en population (Idespo), montre que de plus en plus de costariciens, en particulier les jeunes, veulent accéder à la laïcité. Cependant, cette tendance reste minoritaire dans le pays et cette réforme majeure ne devrait pas voir le jour avant longtemps. Si elle arrive.

Une autre église à Heredia, pendant une averse estivale

Une autre église à Heredia, pendant une averse estivale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*