À lire d'urgence

Journal de bord : À la découverte du Zion National Park

En année d’étude du côté de Fresno, en Californie, Pierre, notre lycéen globe-trotter, vous propose de vivre ses expériences américaines avec un mot d’ordre : la découverte. Aujourd’hui, cap sur l’Utah et son Zion National Park, 593 m², une foultitude d’animaux en tout genre, des paysages grandioses et quelques québécois.

 

IMG_1294.JPG

Bien loin de la France et de ses différents problèmes, et après plus de huit heures de routes, me voilà arrivé au parc national de Zion, dans l’Utah aux États-Unis. Je ne sais même pas quelle heure il est exactement, mais il fait nuit et je suis exténué. J’aurais bien voulu ma caler dans le fond d’un bon lit douillet mais malheureusement je dois me contenter d’un sac de couchage sur le sol de la chambre d’hôtel. Ce n’est finalement pas un problème puisque je me réveille quelques neuf heures plus tard après un bon sommeil et découvre en ouvrant la fenêtre ce magnifique paysage que m’offre l’Utah.

 

IMG_1300.JPG

Dehors c’est humide, mais la météo ne m’empêche en rien de voir ces montagnes couleur cuivre. La faim se fait tout de même sentir et je vais donc prendre mon petit-déjeuner où j’ai le plaisir de faire la connaissance d’un jeune couple de québécois avec qui j’ai l’opportunité d’avoir une petite conversation. Ils étaient venus à la recherche de magnifiques paysages et de grand air. Ici, ils sont servis ! Ayant déjà passé quelques jours dans la région, ils me donnent de nombreux conseils et idées de randonnées mais m’en recommandent une en particulier. C’est donc décidé, la première sera « Angel’s Landing ».

 

IMG_1264.JPG

Après une petite heure, me voilà sur le chemin. La météo a quelque peu changé mais reste tout à fait appréciable. Malgré la présence de petits nuages autour des sommets, la vue est dégagée et je peux donc voir toutes les montagnes aux alentours. C’est magnifique. Quelques heures plus tard, je suis arrivé sur la crête, mais malheureusement pas au bout de cette randonnée. Une plaque m’informe « Vous êtes seuls responsables des éventuels dangers que vous prenez ». Je m’engage donc sur ce chemin avec une petite boule au ventre mais je ne le regrette vraiment pas une fois arrivé sur le crâne de cette montagne.

 

La crête permettant de se rendre au sommet

Je comprends finalement pourquoi ce sommet porte le nom de « L’atterrissage de l’ange ». La vue est à 360 degrés, j’ai le temps de profiter pour quelques minutes mais malheureusement la neige commence à tomber. Je décide donc de repartir assez tôt. Sur le chemin du retour, je rencontre deux suisses de 25 ans qui ont tout quitté il y a trois ans pour partir voyager. Après une courte conversation, je lâche mes nouveaux amis mais j’ai le plaisir de les retrouver, quelques minutes plus tard, en compagnie d’une jeune québécoise (encore une !).

 

IMG_1311.JPG

Je me joins à la conversation pour mieux apprécier ces différents accents. Au-delà de simples sonorités, j’entends pour la première fois quelques mots improbables à l’exemple de « frette » qui se place plus haut que froid dans l’échelle de la température (frais < froid < frette). À la fin de la discussion, je leur propose de me rejoindre à l’hôtel où je séjourne, autour d’un feu de camps afin que nous puissions échanger un peu plus dans notre belle langue qu’est le français.

 

IMG_1309.JPG

Malheureusement, une fois arrivé, la pluie ne cesse plus et il nous est donc impossible de faire ce feu. Tant pis, nous avons échangé nos noms et prénoms, internet nous aidera. Après cette belle petite randonnée je suis de nouveau exténué et décide d’aller me coucher rapidement. Demain sera chargé puisque plusieurs randonnées sont au programme !

IMG_1264.JPGbald5IMG_1304-0.JPGbald5IMG_1298.JPGbald5IMG_1299.JPG

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*